Victoire de Samothrace : Histoire de la Statue Ailée de Niké

Victoire de Samothrace : Histoire de la Statue Ailée de Niké

Qu’est-ce que la Victoire de Samothrace ?

La Victoire ailée de Samothrace est une sculpture grecque unique dont le site d'origine est connu. Elle a été créée comme sacrifice aux dieux pour un sanctuaire de l'île grecque de Samothrace. Elle a été construite non seulement en hommage à la déesse Victoire, mais aussi pour commémorer une bataille navale.

La statue de la Victoire ailée de Samothrace porte le nom de l'île sur laquelle elle a été trouvée, située au nord de la mer Égée. Elle se trouve aujourd'hui au musée du Louvre.  Son auteur reste à ce jour inconnu, même si certains d’éléments indiquent que sa construction a été ordonnée par Demetrius Poliorcetes entre 295 et 290 avant Jésus-Christ. Le chef-d'œuvre de la Victoire de Samothrace, sculpture grecque de l'époque hellénistique, représente la déesse Niké. Elle mesure à elle seule 2,74 mètres.

Le chef-d'œuvre de la sculpture sans bras

Une œuvre du monde grec devenue un symbole

La statue ailée de Samothrace de Niké est également connue sous le nom de la Victoire de Samothrace. Bien qu'elle ait été créée au IIe siècle avant J.-C., elle n'a été redécouverte que dans les années 1860. Par la suite, elle a connu plusieurs périodes de restaurations.

Ce n'est un secret pour personne que le musée du Louvre possède l'une des plus belles collections d'art au monde. Outre la Joconde et toute une galerie Michel-Ange, en passant par la peinture française, le grand musée excelle également dans les antiquités. Il est évidemment célèbre pour ses joyaux tels qu'un Grand Sphinx, la Vénus de Milo et la Victoire Ailée de Samothrace.

Ce chef-d' œuvre de marbre de la Grèce antique est l'une des sculptures les plus célèbres de l'histoire. Pourtant, beaucoup de gens ignorent le récit de sa légende. On peut notamment parler de ses racines anciennes et de sa découverte au XIXe siècle. Celles-ci ont eu une influence considérable sur l'histoire de l'art moderne et contemporain.

La victoire de samothrace

Son nom est Niké, Déesse grecque de la Victoire

Bien qu'il manque à la figure sa tête et ses bras, elle a longtemps été considérée comme l'une des œuvres les plus émouvantes et les plus inspirantes au monde.

Le fait qu'il manque des pièces clés à la sculpture ne fait qu'ajouter à la nature romantique de l'œuvre antique, lui donnant un sens plus mystérieux. Le mouvement des ailes déployées et la robe qui flotte dans le vent donnent à l'œuvre un aspect impressionnant.

La Victoire ailée, a été créée pour se tenir sur la proue d'un navire de guerre, également sculpté dans le marbre gris. La Niké est en marbre blanc de Paros cassé et le navire en marbre Lartos gris, plus foncé, qui provient de Rhodes. La Niké elle-même mesure 2,74 mètres de haut et sa place à la proue du navire ajoute de la hauteur à l'œuvre.

Dans la mythologie grecque et romaine, la Niké était la déesse de la Victoire. Elle était représentée comme une figure ailée qui descendait du mont Olympe. La Victoire Ailée de Samothrace est la représentation la plus connue et la plus grande.

De nombreuses figurines et statues de Niké à plus petite échelle ont par la suite été sculptées dans le monde antique. Les principaux traits de la déesse étaient ses ailes et généralement une impression d'atterrissage ou de descente.

Plutôt que de se situer dans l'une des nombreuses galeries d'art du musée du Louvre, la Victoire Ailée se trouve au sommet d'un grand escalier. Celui-ci offre un point de vue parfait pour la contempler. Il est situé juste à l'extérieur de la Grande Galerie qui abrite toutes les peintures de la Renaissance italienne. La vue que le visiteur a de l'œuvre en montant l'escalier ne fait qu'accentuer le sentiment majestueux de la sculpture attique.

Découverte de la statue Niké de Samothrace au XIXe siècle

Du 6 mars au 7 mai 1863, Charles Champoiseau, opérant sous le commandement du Consulat de France, mène des fouilles dans les vestiges du Sanctuaire des Grands Dieux sur l'île de Samothrace. Le 13 avril 1863, il met au jour un buste et le corps d'une statue féminine colossale sculptée dans du marbre blanc, ainsi que plusieurs plumes et pièces de draperie.

Il a reconnu qu'il s'agissait de la déesse Victoire ou Niké, qui était typiquement représentée comme une dame ailée dans la mythologie grecque.

statue nike samothrace

Au même endroit se trouvait un enchevêtrement d'une quinzaine d'énormes blocs de marbre gris, dont il put déduire qu'il s'agissait d'un monument funéraire. Il prit la décision de transporter la sculpture et les tessons au Musée du Louvre tout en laissant les énormes dalles de marbre gris sur place. Après avoir quitté Samothrace au début du mois de mai 1863, la statue atterrit à Toulon à la fin du mois d'août et à Paris le 11 mai 1864.

Adrien Prévost de Longpérier, ancien directeur des Antiquités du Louvre, entreprend les premières réparations de 1864 à 1866. La structure principale est construite sur une base en pierre et est substantiellement finie avec des pièces de tissu, y compris les plis d'himation de Niké qui s'étendent derrière les jambes. Les autres éléments, qui comprennent le côté droit du buste et une grande partie de l'aile gauche, sont bien trop grands pour être montés sur la sculpture, et sont donc conservés en réserve.

Compte tenu de la qualité exceptionnelle de la sculpture, Longpérier a choisi de présenter le corps seul, qui a été exposé parmi les sculptures romaines jusqu'en 1880, d'abord dans la salle des Cariatides, puis temporairement dans la salle du Tibre.

En 1875, les scientifiques autrichiens qui, sous la direction d'Alexander Conze, avaient mis au jour depuis 1870 les structures de l'abri de Samothrace, explorèrent l'endroit où Champoiseau avait découvert la Victoire Ailée. L'architecte Alos Hauser fit un croquis des pierres de marbre gris laissées sur place et en déduisit que, correctement construites, elles constituaient la proue effilée d'un vaisseau et que, posées sur une dalle, elles servaient de fondation à la sculpture.

Les tétradrachmes de Démétrios Poliorcète, frappés entre 301 et 292 avant notre ère, représentent une Victoire sur la tête d'un navire aux ailes déployées. Elles offrent une excellente notion de ce style de sculpture. Pour son rôle, O. Benndorf, expert en sculptures antiques, est chargé de rechercher le corps de la statue et les pièces conservées dans les réserves du Louvre et a reconstitué la sculpture pour qu'elle souffle dans une trompette qu'elle soulève avec son bras droit, comme on le voit sur la pièce. En conséquence, les deux hommes ont pu créer une reconstitution de l'ensemble de la statue de Samothrace.

En réponse à cette étude, Champoiseau lance un second voyage à Samothrace du 15 au 29 août 1879, avec la seule intention de transférer au Louvre les pierres de la fondation et la dalle du socle de la Victoire. Il laissa sur les îles la plus grande dalle non sculptée du socle. Deux mois plus tard, les 3 morceaux arrivent au musée du Louvre, où un essai de pose est effectué dans une cour en décembre. De 1880 à 1883, Félix Ravaisson-Mollien, directeur du département des Antiquités, décide de reconstruire le monument à la manière des archéologues autrichiens.

Sur le torse du personnage, il plâtre la région de la ceinture, insère la partie droite du buste en pierre, plâtre la partie gauche, joint l'aile gauche en marbre avec une structure métallique, et plâtre toute l'aile droite. Il n'a cependant pas recréé le visage, ni les membres. À l'exception de la proue endommagée de la quille, la fondation en forme de navire a été réparée et finie, mais il reste un vaste trou au sommet de l'arrière. La sculpture a été positionnée exactement sur le dessus de la base.

Le mémorial complet a ensuite été positionné de face, sur le palier supérieur de l'escalier Daru, le grand escalier principal de la galerie.

Champoiseau se rendit une troisième fois à Samothrace en 1891 pour tenter de récupérer la tête de Niké, mais sans succès. Il ramena néanmoins des débris de draperies et de fondations, ainsi qu'une minuscule portion avec une gravure et quelques morceaux de plâtre coloré.

Cependant, près de 90 ans après que Champoiseau a découvert la figure fragmentée, une équipe autrichienne d'archéologie a retrouvé des pièces manquantes. Parmi elles, la main droite de Niké. Malheureusement, la main n'avait aucun moyen d'être rattachée à la sculpture, car la figure restait sans bras. Néanmoins, sa mise au jour était extrêmement importante. En effet, la main desserrée réfutait une théorie ancienne selon laquelle la figure avait à première vue saisi un objet.

Il a été suggéré que la Victoire tenait une trompette, une couronne ou un filet dans sa main droite", explique le Louvre. "Cependant, la main trouvée à Samothrace en 1950 avait une paume ouverte et deux doigts tendus, ce qui suggère qu'elle ne tenait rien et qu'elle tenait simplement sa main levée dans un geste de salutation.

main victoire de samothrace

Aujourd'hui, la main droite fragmentée peut être vue au musée national du Louvre, où la Victoire ailée est exposée depuis 1883.

Restaurations de la Victoire de Samothrace

Au XXe siècle

En 1924, la présentation de la Victoire de Samothrace a été modifiée dans le cadre d'une rénovation complète du musée Daru et de son escalier, dont les marches ont été agrandies et rénovées. Le mémorial fut présenté comme le couronnement de l'escalier : il fut avancé sur la plate-forme pour être plus apparent depuis le bas de l'escalier, et la sculpture fut améliorée sur le socle par un bloc de pierre contemporain de 45 cm de haut, qui devait rappeler un pont de combat au bord du bateau.

Jusqu'en 2013, cette disposition est restée inchangée. Lors de la déclaration de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, la statue de Niké de Samothrace fut retirée de son piédestal pour être enlevée et cachée avec les autres merveilles du Musée du Louvre. Elle reste au château de Valençay jusqu'à la Libération et est réinstallée en haut de l'escalier en juillet 1945, indemne.

victoire ailee

En 1938, sous la direction de Karl Lehmann, des fouilleurs américains de l'université de New York poursuivent les recherches sur le sanctuaire des Grands Dieux à Samothrace. En juillet 1950, ils associent leurs recherches au conservateur du Louvre Jean Charbonneaux, qui met au jour la paume de la main droite du monument à l'emplacement de la Victoire.

Deux doigts qui avaient été conservés au Kunsthistorische Museum de Vienne depuis les fouilles autrichiennes de 1875 ont été rattachés à la main.

La main et les doigts ont ensuite été donnés au Musée du Louvre, où ils sont exposés à côté du monument depuis 1954. En 1952, deux dalles de marbre gris utilisées pour ancrer les bateaux de pêche sur la plage située sous le site ont été récupérées et reconstituées dans le musée. Ira Mark et Marianne Hamiaux les ont étudiées en 1996 et ont constaté que ces fragments, une fois réunis, constituent le bloc du socle jeté en 1879 par Champoiseau.

Au XXIe siècle

De 2008 à 2014, une équipe américaine a numérisé l'ensemble du sanctuaire afin de permettre une restauration en 3D. La poursuite des recherches sur le périmètre de la Victoire et les modestes parties fondamentales maintenues en conservation a débuté en 2013 et 2014, sous la direction de B. D. Wescoat. Le Musée du Louvre a initié la réparation du monument complet avec deux objectifs en tête : nettoyer toutes les surfaces impures et améliorer l'aspect général.

La sculpture a été retirée de son socle pour être examinée scientifiquement (UV, rayons X, analyse du marbre) : des restes de peinture bleue ont été trouvés sur les ailes et une bande à la base du manteau. Les blocs de la base ont été démontés un par un afin d'être dessinés et analysés.

victoire de samothrace entiere 3d

La réparation du monument au XIXe siècle est conservée à quelques détails près (rétrécissement du cou et raccordement du bras gauche), des éléments de la collection du Louvre sont insérés (plume en haut de l'aile gauche, pli à l'arrière du chitôn), et la pince métallique derrière la jambe gauche a été supprimée.

Des moulages de pièces d'articulation mineures trouvées à Samothrace ont été incorporés au socle. Un moulage du bloc de vaisseau massif restant à Samothrace a été remplacé par une base métallique sur un cylindre pour assurer le bon équilibre du monument. Lorsque les marbres des deux composantes sont placés sur la fondation, la différence de couleur des pierres des deux composantes devient à nouveau apparente.

L'ensemble de la structure est reconstruit sur un socle contemporain, un peu à l'écart sur la plate-forme pour permettre la circulation des visiteurs.

La Victoire de Samothrace : analyse de la Statue

La statue, réalisée en marbre blanc de Paros, représente Niké, une dame ailée, se posant sur la proue d'un navire. Niké porte un long vêtement d'une belle étoffe aux rabats repliés et une ceinture sous la poitrine. Deux petites bretelles le maintiennent sur les épaules. Le bas du corps est partiellement dissimulé par un épais manteau, qui est enroulé à la taille et se détache lorsqu'on montre la jambe gauche entière ; une extrémité tombe entre les cuisses jusqu'au sol, tandis qu'une autre, beaucoup plus petite, s'envole ouvertement à l'arrière.

Le manteau glisse de ses épaules, et seule la force du vent le maintient sur sa jambe droite. Le sculpteur a multiplié les impressions de drapé en faisant apparaître les contours de l'étoffe là où elle est plaquée contre le corps, notamment sur le ventre, et là où elle se rassemble en plis profondément creusés générant une ombre dramatique, comme entre les cuisses.

Cette grande virtuosité touche le flanc gauche et l'avant du monument. Sur le côté droit, le motif des draperies se limite aux lignes primaires des vêtements, dans un dessin nettement moins compliqué. La déesse avance, en s'appuyant sur sa jambe droite. Les deux pieds nus ont disparu dans l'air. Le pied droit a atteint le sol, le talon est resté légèrement soulevé ; le pied gauche est toujours hissé dans le ciel, la jambe tendue avec force vers l'arrière. La divinité ne se promène pas, elle vient de finir de voler, ses énormes ailes déployées vers l'arrière.

La divinité grecque a fait un geste triomphant de rédemption avec l'angle de son coude : cette main aux doigts écartés ne contenait rien (ni couronne ni trompette).

Aucune information ne permet de recréer la posture du bras gauche de la divinité, qui était très probablement abaissé et quelque peu plié ; la déesse a peut-être serré un stylet de ce côté, un type de mât capturé comme trophée à bord du navire ennemi, comme le montrent les pièces de monnaie.

La sculpture est destinée à être vue de trois quarts à gauche, d'où les lignes de la pièce sont tout à fait mises en évidence : une droite du cou au pied droit, et une oblique partant de la tête en diagonale tout le long de la jambe gauche.

Contrairement aux précédentes sculptures proches-orientales ou grecques, la statue de Niké établit un lien intentionnel avec l'espace imaginaire qui entoure la déesse.

victoire de samothrace

Le vent qui l'a amenée et contre lequel elle se bat, s'efforçant de rester stable, comme nous l'avons déjà indiqué, le montage initial la faisait reposer sur la proue d'un navire, à peine arrivée. Tel est le compagnon invisible du modèle, et le spectateur est obligé de l'imaginer.

Simultanément, l'étendue plus grande de l'œuvre renforce son impact métaphorique ; les vents et l'océan sont présentés comme des symboles de conflit, de destin et d'aide ou de miséricorde surnaturelle. Environ deux mille ans plus tard, ce type d'interaction entre une sculpture et l'environnement rêvé deviendra une technique de premier plan dans l'art romantique et baroque.

La barque et le socle ont été sculptés dans du marbre gris provenant de la carrière de Lartos à Rhodes. Le socle a la forme de la proue d'un navire de la marine grecque hellénistique : étroit et long, il est coiffé à l'avant par un pont de combat, qui abrite la sculpture.

Sur les côtés, elle comporte des cadres de rames renforcés, en saillie, qui accueillent deux rangées de rames inégales. La quille a une forme arrondie. L'éperon massif à trois pointes était représenté à la base de la proue, près du niveau, et un bélier plus petit à deux lames était représenté un peu plus haut : il devait servir à briser la coque du navire adverse. Une décoration haute et incurvée ornait le haut de la proue.

Ces parties perdues n'ont pas été restaurées, ce qui réduit considérablement l'aspect guerrier du navire.

Niké, réalisée en marbre de Paros, est donc un exemple remarquable du style émotif hellénistique. Les draperies vibrantes, la posture tordue et le fond dramatique se combinent pour produire une composition dynamique qui rappelle l'art de Pergame.

Il donne un sentiment de mouvement et de victoire tout en représentant un élégant tissu fluide, comme si la déesse tombait pour atterrir sur la proue d'un bateau. Très tôt, les Grecs ont représenté des idéaux tels que l'Harmonie, la Prospérité, la Colère et le Jugement sous forme de divinités. La victoire fut l'une des premières de ces manifestations.

La statue a été découverte en 1863 et mise au jour sous la supervision du vice-consul français en Turquie, Charles Champoiseau. Au quatrième siècle avant J.-C., cette méthode de double ceinture du vêtement féminin était assez courante.

La Victoire Ailée : une des sculptures les plus majestueuses jamais créées

victoire de samothrace bronze
Reproduction en Bronze de la Victoire de Samothrace - Disponible chez Omega Statue

Qui a sculpté la Victoire de Samothrace ?

Les blocs de fondation et la statue du monument ne sont pas l'œuvre du même artiste. Les deux moitiés du monument ont été conçues conjointement mais construites par deux ateliers distincts. Le socle en marbre de Lartos a presque certainement été créé à Rhodes, où il existe des analogues.

En outre, si la sculpture rhodienne en gros marbre est de bonne qualité mais pas exceptionnelle pour son époque, il n'existe pas d'analogues pour la virtuosité de la Nike, qui reste unique. Le sculpteur pourrait être originaire d'ailleurs, comme il était d'usage pour les artistes de renom dans la société grecque antique.

La Victoire ailée de Samothrace, aujourd'hui conservée au musée du Louvre, n'est pas connue de son auteur, mais on pense que sa construction a été ordonnée par Démétrius Poliocretes entre 295 et 290 av. J.C.

 

Les origines exactes de la Victoire Ailée de Samothrace ne sont pas connues. Cependant, les archéologues et les historiens de l'art ont étudié la sculpture de manière approfondie. Ils ont ainsi pu estimer son âge, son intention et son objet dans la mythologie grecque classique de l'époque hellénistique.

Selon le Louvre, la pièce a probablement été réalisée au début du deuxième siècle avant Jésus-Christ par les habitants de Rhodes. Cela place sa création au cœur de la période hellénistique (323 avant J.-C. - 31 après J.-C.). Ce mouvement artistique antique est particulièrement réputé pour ses sculptures expressives de sujets mythologiques en mouvement. Une approche incarnée par la Victoire ailée.

Cette sculpture de 5,57 mètres au total représente Niké, la Déesse grecque de la Victoire. Alors que des draps mouillés et soufflés par le vent s'accrochent à son corps (comparable avec les effets de draperies des Déesses des frontons du Parthénon), la figure ailée s'avance fièrement vers la forme de proue du navire, ce qui amène les historiens à conclure qu'elle a été créée pour commémorer une bataille maritime réussie.

La statue de la Victoire est l'une des nombreuses pièces de marbre qui ornaient le Sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace, un ancien ensemble de temples sur l'île de Samothrace. Ce sanctuaire en bord de mer était dédié à la religion du Mystère, ou culte secret, de la Grande Mère.

Situé près des routes maritimes de la mer Égée, siège de batailles navales fréquentes, le sanctuaire comportait plusieurs monuments inspirés de la mer. Parmi ceux-ci, des colonnes dédiées, des navires importants et, bien sûr, la Victoire ailée, qui était placée dans une niche rocheuse qui surplombait le théâtre du sanctuaire.

Sur l'île grecque de Rhodes, une offrande du même genre que la construction de Samothrace a été découverte dans le sanctuaire d'Athéna, en haut de l'acropole de Lindos. Ce lieu d'Olympie abrite des collections votives et autres objets d'art grec.

Samothrace Louvre
Victoire ailee

Réalisme de la statuaire hellénistique

Comme d'autres sculptures hellénistiques, la Victoire Ailée est admirée pour son anatomie naturaliste et, par conséquent, sa représentation réaliste du mouvement.

Pour suggérer un corps en mouvement, l'artiste a placé Niké dans une position asymétrique. Connue sous le nom de contrapposto, cette pose implique un mouvement grâce à une répartition réaliste du poids et à un corps en forme de S.

L'Homme qui marche de Rodin et le David de Michel-Ange sont d'autres sculptures célèbres qui illustrent cette approche classique de la transmission du corps humain.

Un autre élément qui contribue à suggérer l' énergie du mouvement est le tissu fin ondulant drapé sur le corps de la figure. Lorsque Niké s'avance de façon spectaculaire, le vêtement apparemment translucide se tord autour de sa taille et s'enroule autour de ses jambes.

Selon le musée d'art du Louvre, cette "présentation très théâtrale, combinée au caractère imposant de la Déesse messagère de la Victoire, à sa grande envergure et à la vigueur de son corps qui se projette vers l'avant, renforce la réalité de la scène".

Héritage de Niké de Samothrace, influence grecque

Aujourd'hui, la Victoire Ailée de Samothrace reste l'une des sculptures les plus célèbres sur Terre. Depuis ses débuts au Louvre au XIXe siècle, l'un des symboles des arts grecs antiques a inspiré d'innombrables sculpteurs et artistes. La célèbre sculpture s'est muée en modèle grec.

Le surréaliste Salvador Dalí s'est directement approprié cette sculpture pour sa Double Nike de Samothrace (1973). Le futuriste Umberto Boccioni a utilisé la position iconique du personnage pour ses formes uniques de continuité dans l'espace (1913).

Ces oeuvres artistiques modernes capturent, certes, l'esprit de la Victoire Ailée. Leur exposition dans les musées ne peut pourtant captiver tant le public que le trésor original.

Deesse victoire

Icône de la culture populaire du Louvre

À la fin du XIXe siècle, le Louvre a décidé de placer la sculpture en haut de son escalier principal, l' escalier Daru. Dès lors, placée à côté de l'entrée principale de l'époque, celle-ci a commencé à attirer l'attention.

La Victoire de Samothrace a ainsi accueilli génération après génération de visiteurs. Elle est devenue l'une des œuvres d'art les plus emblématiques du Louvre, aux côtés de la Joconde et de la Vénus de Milo. À ce titre, elle a marqué la culture populaire.

Elle a par ailleurs influencé le sculpteur français Abel Lafleur, qui a créé en 1929 une oeuvre d'art. Il s'agit du trophée de la Coupe du Monde de football, rebaptisé Trophée Jules Rimet.

Retrouvez la Victoire de Samothrace et autres Statues Grecques historiques

de l'art contemporain chez Omega Statue en cliquant ci-dessous:

reproduction victoire de samothrace

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Panier (0)

Votre panier est vide.
Statue Homme <br/> Visage Le silence

Une personne a acheté

Statue Homme
Visage Le silence

10 minutes depuis Toulouse